Tout pour manager

Un réseau d'experts à votre service

By

Définir sa cible et sa trajectoire d’entreprise

Après Dan Pink et sa recherche des bases de la motivation c’est au tour de Loïc Deffains de nous parler nous parler de trajectoire professionnelle.

POV trajectoire entreprise

 

Si vous vous reconnaissez dans ce dessin humoristique, il est temps de poser son stylo et de prendre du recul sur votre projet d’entreprise. Ce livre blanc d’une quinzaine de pages, qui s’adresse principalement aux dirigeants d’entreprise, est là pour vous aider ! Bonne lecture.

 

By

La science de la motivation selon Dan Pink

Dan Pink, est un journaliste et auteur américain. Il a été auteur de discours pour Al Gore entre 1995 et 1997. Il publie aussi régulièrement des articles sur le business ou la technologie dans le New York Times, la Harvard Business Review ou la revue Wired.

Lors de sa dernière conférence au TED, Dan offre une vision intéressante des mécanismes de la motivation des salariés, souvent associée aujourd’hui à la bonification financière. Selon certaines études, ces bonifications nuiraient à la créativité et la productivité. Les trois vrais piliers de la motivation seraient l’autonomie, la maîtrise et la pertinence …

By

Mieux gérer son temps et ses priorités

Loïc Deffains, vous propose un guide simple et facile à lire, pour vous aider à initier la réflexion au sein de votre entreprise quant à l’optimisation de la gestion du temps et des priorités. Bonne lecture !

By

CTRL-IT

Ctrl it est un réseau d’experts, spécialisé dans les fonctions support de la gestion d’actif. Nos consultants interviennent chez des institutionnels (assureurs, mutualistes, IP) et des sociétés de gestion (collective, privée) pour les accompagner dans la transformation et la modernisation de leur système d’information.

By

Knowledge Management et capitalisation des connaissances dans les professions intellectuelles : avocats, ingénierie

Le Knowledge Management (KM) ou management des connaissances devient un enjeu de plus en plus stratégique dans les organisations dont la valeur est centrée sur les hommes qui la composent. C’est le cas par exemple des cabinets d’avocats, des sociétés de conseil, des sociétés d’ingénierie…

Trop d’entreprises voient ainsi disparaître du jour au lendemain une part de leur savoir-faire, de leur expertise, de la connaissance du client suite au départ d’un collaborateur.

Or, tout collaborateur accumule au fil des années et des cas traités dans son poste des connaissances dans des domaines variés comme par exemple :
– la veille réglementaire, concurrentielle ou technologique
– les informations qualifiées et enrichies sur l’ensemble de suivi d’affaires client (contacts, changements, engagements, difficultés, …)
– la documentation de référence, les méthodes, les process, les contrôles, …
– la découverte de solution adaptées face à des problèmes rencontrés
– la réalisation de dossiers particuliers, …

La connaissance : une information enrichie

Il y a souvent confusion entre information et connaissance. Le concept d’information, n’est pas toujours bien compris, car l’information n’est pas une fin en soi. Le besoin réel n’est pas tant d’avoir des informations disponible en quantité (trop d’informations tuent l’information), mais des connaissances, disponible en qualité.

C’est donc l’objet des concepts de gestion des connaissances et de bases de connaissances. Nous sommes entrées depuis quelques années dans la société de la connaissance, qui va progressivement remplacer la société de l’information. Si l’idée de gérer les connaissances semble évidente, les méthodes pour y parvenir sont parfois complexes, et le résultat aléatoire si les besoins sont mal qualifiés.

Ainsi sont parfois commercialisées, sous l’appellation KM, des solutions simplement documentaires sans réel apport méthodologique et sans capitalisation réelle.

Une méthode appliquée aux solutions

Le management des connaissances est ainsi avant tout une approche méthodologique permettant de capitaliser au mieux le patrimoine de savoir-faire et de connaissances détenu par les collaborateurs d’une entreprise. Sans cette approche méthodologique et un accompagnement du changement, le projet est voué à l’échec.

Dès lors qu’il s’agit de faire évoluer les habitudes de travail et les mentalités, il est nécessaire d’avoir une approche globale dans l’organisation (qu’il s’agisse d’une entreprise, d’un organisme, d’une collectivité ou d’une association) et surtout initiée par la direction. C’est un projet aux enjeux stratégiques, ne l’oublions pas !

La mise en oeuvre

Pour arriver à coup sûr à un résultat, il s’agira avant tout de travailler de manière progressive.

La première étape sera ainsi de déterminer le périmètre d’intervention : l’entreprise, un service, un processus particulier, …

La deuxième étape consistera à qualifier dans l’organisation les groupes de connaissances sensibles(ou vecteurs) qui y séjournent en vue de les valoriser et d’en optimiser l’usage.

La troisième étape consistera à identifier tous ces producteurs de connaissances associés, qu’ils soient humains, techniques, internes ou externes.

La quatrième étape consistera à imaginer le système qui permettra de systématiser voire d’automatiser et pérenniser l’ensemble de ce processus.

Outiller sa démarche avec intra’know

Vous pouvez contacter la société ooPartners.com et demander un essai du logiciel intra’know en allant sur le site de la solution www.intraknow.com.

Bonne découverte