Tout pour manager

Un réseau d'experts à votre service

By

Les principes d’une bonne gestion financière

Cet article propose les 5 principes clé d’une bonne gestion financière. Il repose sur une expérience de chef d’enteprise dans le domaine des constructions métalliques. Cet article est rédigé par Gérard Georgeault – chef d’entreprise.

1- La bonne culture financière : transparence, bénéfice et trésorerie positive

La réalité finit toujours par nous rattraper, et plus elle nous rattrape tard, plus c’est grave. Il est donc inimaginable de ne pas être transparent à l’égard des comptes.

 

Les deux règles essentielles d’une bonne culture financière sont les mêmes que pour la ménagère :

         Le compte d’exploitation doit être positif chaque année, sans aucune exception,

         La trésorerie doit être constamment excédentaire.

 

Ce qui signifie qu’une entreprise doit gagner de l’argent dès le premier jour de sa création. Plus elle est grande, plus son risque de dérapage augmente, donc plus elle doit gagner d’argent.

Read More

By

Comprendre les typologies de sociétés informatiques

Une société informatique peut réaliser principalement 6 types de prestations :
– du développement à façon (développeur)
– un travail de développement pour édition de progiciel (éditeur)
– de l’installation matériel (PC, réseaux, serveurs, imprimantes)
– de l’intégration (intégrateur)
– de la formation informatique
– de l’assistance de niveau 1 (installation PC et imprimante, vente logiciel, formation bureautique)

La 6ème prestation étant légion et ne demandant pas de compétences très complexes, elle est relativement simple à identifier.

Différentes typologies

Développement à façon
– développement d’application de gestion pour PC ou gros systèmes (as400)
– développement de site web
– développement d’intranet
– développement d’extranet

Développement de progiciel pour édition
– développement de progiciel qui sera maintenu et aélioré
– une société peut développer plusieurs logiciels

Installation matérielle et réseau
– choix de la configuration et vente de matériel
– câblage
– installation
– formation administration réseau

Intégration
– analyse d’un système existant
– formalisation des besoins
– choix et installation des solutions adaptées
– développements spécifiques s’il y a lieu
– travail de maître d’oeuvre : il assemble des éléments différentes pour en faire un ensemble cohérent

Formation
– soit au progiciel
– soit au réseau
– soit à la maintenance de parc informatique
– soit au développement et à la programmation

Compléments et difficultés

La difficulté est que certaines SSII réalisent plusieurs prestations à la fois. Certaines sociétés développement des progiciels, d’autre pas. L’objectif est donc de décrire plus précisément leur type d’intervention afin de permettre au décideur de choisir plus librement et rapidement un interlocuteur.

On a donc 2 notions bien distinctes en présence : la société et le progiciel. La société informatique représente l’ensemble des compétences mises en oeuvre pour réaliser un produit informatique. Le progiciel est le produit informatique final qui sera diffusé en masse.

Exemple : le progiciel word ou access est diffusé par Microsoft

By

Master Marketing management et Négociation

Détail du Master

Décision et Intelligence marketing
Le rôle des responsables études est d’apporter à leurs clients les informations nécessaires à la prise de décision en matière de stratégie et de tactique marketing en les aidant à analyser pour formuler des recommandations, pour comprendre les attentes des marchés, les opinions et le comportement des individus.
Les entreprises rencontrent aujourd’hui des besoins croissants dans l’analyse et l’exploitation de leurs bases de données à des fins tactiques et stratégiques. C’est pourquoi de nouveaux métiers nécessitant une bonne connaissance du marketing mais aussi des outils de traitement de l’information sont apparus tant dans les entreprises que dans les sociétés de conseils. 

Débouchés : gestionnaire de projet d’étude marketing, chargé d’études, directeur d’études, consultant en business intelligence, gestionnaire de la relation client, gestionnaire de portefeuille clients/grands comptes

Marketing stratégique et opérationnel
Le marketing part toujours d’une démarche stratégique prenant en compte la mission de l’entreprise et l’analyse de ses marchés, puis se décline de façon très opérationnelle.
En insistant sur l’articulation stratégique et opérationnelle, la spécialisation permet de construire un projet marketing en développant le sens de l’analyse du marché, en apprenant à déceler les opportunités sur les différents segments de marché, en approfondissant la connaissance du consommateur, du marché et des concurrents, en renforçant sa méthodologie pour mettre en oevre un mix marketing cohérent, et enfin, en étant sensibilisé aux apports d’une démarche marketing globale. 

Débouchés : chef de produit, chef de marché, chef de groupe, responsable marketing, directeur marketing, responsable nouveaux produits, chef de publicité, trade marketing, chef de marque

Négociation et management commercial
Pour les étudiants ayant un projet professionnel fort dans la fonction commerciale et la négociation en environnement international.
Quatre cours sont dédiés aux aspects fondamentaux :
– un séminaire de négociation d’affaires pour s’initier aux différentes situations de négociation et acquérir une méthodologie
– un cours " international business negotiations : bridging the cultural gap " complète ce séminaire en explorant la dimension internationale de la négociation d’affaires
– un cours de management de la fonction commerciale aborde la problématique de l’efficacité commerciale au travers des différentes techniques de management d’une force de vente
– un cours de gestion de la relation client et de marketing relationnel
Deux cours complètent ces enseignements en explorant les variables du marketing-mix : politique de produit et de prix et politique de distribution et de communication. 

Débouchés : Les débouchés couvrent une large palette de fonctions commerciales qui évoluent très rapidement vers des postes de négociation à forte valeur ajoutée : ingénieur d’affaires, responsable commercial grands comptes, chef de marché,… ou, pour ceux qui le souhaitent, des postes d’encadrement commercial : chef des ventes, directeur des ventes, directeur commercial, responsable d’agence bancaire,…

By

Ingénieur CESI

Devenez Ingénieur par la formation continue au CESI (Centre d’Etudes Supérieures Industrielles)

Cursus d’ingénieur

Programme
La formation s’adresse à des techniciens supérieurs qui souhaitent évoluer vers des fonctions d’ingénieur et de manager. 

La mondialisation des marchés, la vitesse et l’importance des changements technologiques dans l’entreprise influent de plus en plus sur le métier de l’ingénieur.
Former un ingénieur aujourd’hui implique de lui faire acquérir :
– de solides connaissances scientifiques et une large culture technique,
-des outils d’analyse et de synthèse et une aisance de raisonnement logique,
– une maîtrise d’outils méthodologiques utilisés dans l’industrie,
– des méthodes d’innovation et de veille concurrentielle et technologique,
– des connaissances en économie, en gestion et droit appliquées à l’industrie,
– de réelles capacités d’expression écrite et orale, et la maîtrise de l’anglais professionnel. 

L’ingénieur cesi est capable de manager des équipes pluridisciplinaires et de diriger des projets. Il a des ouvertures et des capacités d’adaptation dans de nombreux domaines d’activité. 

La progression pédagogique de la formation amène l’élève ingénieur à une maîtrise des outils et des méthodes de l’ingénieur. Elle alterne cours magistraux, séances de travaux pratiques et projets pour lesquels les élèves deviennent acteurs de leur propre formation, en groupe ou individuellement. 

Chaque élève ingénieur formalise son projet professionnel, c’est à dire la fonction d’ingénieur qu’il va exercer en entreprise. 

L’élève ingénieur organise son parcours de formation en entreprise comme en centre en fonction de ce projet professionnel, et notamment le choix de son projet industriel et de ses compléments de formation

Public
Vous êtes technicien confirmé depuis plusieurs années et vous souhaitez évoluer.

Si vous avez au moins un niveau bac+2 scientifique ou technique et 3 ans d’expérience professionnelle, ou encore un titre de niveau IV (bac) et 8 ans d’expérience professionnelle (dont 3 comme technicien), vous pouvez vous inscrire aux épreuves de sélection à l’entrée à l’école d’ingénieurs du cesi.

L’école vous propose différentes formules de mise à niveau pour actualiser vos connaissances et augmenter vos chances de réussir les tests d’entrée.

Si vous êtes titulaire d’un Doctorat scientifique ou technique, vous pouvez intégrer la formation d’ingénieur par la VES.

L’objectif de notre dispositif est de permettre à des docteurs scientifiques ou techniques d’obtenir un diplôme d’ingénieur CESI avec un parcours allégé qui s’appuie sur la VES (décret n°2002-529 du 16 avril 2002), le tout en adéquation avec le projet fondateur de l’ei.cesi.

Doté d’un programme allégé en science, ce cursus vous permet de faire une formation d’ingénieur en 20 mois

By

DOSSIER – Le langage XML, successeur de l’EDI

Quelle révolution va apporter ce langage dans l’évolution des systèmes d’informations (notamment les ERP et les GPAO? Depuis quelques temps, tous les éditeurs ne parlent que d’un langage universel : le XML. L’eXtensible Markup Language est avant tout un langage. Il crée un univers commun pour l’échange de données entre applications. Il définit des règles et des méthodes pour présenter des informations exploitables par tout utilisateur.

Mais quelles sont les composantes de celui-ci, et surtout, quelles en seront les conséquences sur les systèmes d’informations à moyen terme

Quelle réponse à quels besoins

Depuis de nombreuses années, le besoin de pouvoir structurer l’information dans les échanges devient prépondérant. Plusieurs démarches ont été réalisées, et ont été menées avec plus ou moins de succès, principalement à cause du coût et de la complexité de mise en œuvre et  (EDI – EDIFACT – …. ).

Aujourd’hui le langage XML se propose de devenir la référence en terme de structuration et d’échange d’informations. Il propose de pouvoir échanger de manière simplifier entre des applications, sans que celles-ci ne soit intégrées.

Principe de fonctionnement

Le langage XML (eXtensible Markup Language) est avant tout un langage. Il crée un univers commun pour l’échange de données entre applications.  Il définit des règles et des méthodes pour présenter des informations exploitables par tous.

Historique et besoins

De nombreuses applications peuvent utiliser XML. Prendre des commandes en temps réel, échanger des informations complexes avec des partenaires de manière fluide, consolider des informations stratégiques diffuses… Autant de services dont rêvent les entreprises. 

Pourtant aucun éditeur n’est parvenu à répondre à ces besoins. L’EDI (Electronic Data Interchange) l’avait tenté, mais est resté confiné au niveau des multinationales à cause de son coût de mise en place et des difficultés technologiques d’évolutions entre deux partenaires. 

La première tentative de standardisation fut SGML (Standard Generalized Markup Language), qui est un langage normalisé permettant de définir des langages balisés (HTML, etc.), et qui fut utilisé pour les bases de données documentaires mais il était complexe à utiliser pour des échanges d’informations entre clients, fournisseurs et partenaires. 

Internet et la démocratisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication ont amélioré l’approche. En 1995, Jon BOSAK, ingénieur chez SUN s’est appuyé sur ces technologies pour créer une version allégée de SGML : XML qui fut lancé dans sa première version en 1996 et ratifié en 1998.  Pour faciliter l’exploitation des données, XML les met dans un fichier « texte » lisible par tous, sans repère de marquage comme dans HTML ; les développeurs peuvent ainsi déterminer leur propre structure.

Avantages de XML

La grande force d’XML, protocole chargé de représenter les données, est de s’affranchir des systèmes d’exploitation, du langage de programmation et de la base de données. Il repose sur le standard UNICODE, système d’encodage de caractères supportant le mixage de texte dans les langues couramment utilisées. 

Cela facilite donc les échanges de données entre applications indépendamment des contraintes liées à la langue.  De nombreux éditeurs l’ont adopté et affirment qu’il est une fondation de leur stratégie. 

Les entreprises le mettent également au cœur de leur Système d’Information pour le développement d’applications peu coûteuses, fiables et performantes qui reposent sur les technologies Internet. Les échanges e-Commerce (bons de commande, bons de livraison, factures, etc.) bénéficient des apports d’XML : chaque document reprenant ce que veut savoir le destinataire et rien de plus. En s’appuyant sur le dictionnaire des métadonnées, chaque acteur peut localiser les informations nécessaires.

Intérêt

Ce nouveau langage permet avant tout de simplifier les systèmes d’informations. La tendance de ces dernières années au recours systématique à des solutions de type ERP (longues et très coûteuses à mettre en œuvre) va ainsi disparaître.

Il s’agira ainsi de définir des zones de systèmes d’informations inter-connectables, en local ou en externe. Il est complètement adapté à l’évolution de l’entreprise réseau, de la notion de l’entreprise étendue, de la structuration en équipes projet.

Il va ainsi rendre ces systèmes d’informations plus souples à faire évoluer.  XML passe du statut de simple outil à un langage ayant sa place entière dans la stratégie des entreprises et des éditeurs. XML a réussi la prouesse de fédérer tous les acteurs de l’industrie logicielle, grâce à la méthode qui place les données dans un fichier texte lisible par tous  Grâce à une meilleure compatibilité inter plates-formes, XML est devenu le maillon manquant du dialogue entre applications. XLM est une source de simplification des échanges et donc de réduction de leurs coûts. 

Souples d’utilisation, les principales caractéristiques d’XML sont les suivantes :
– Langage ultra léger
– Langage balisé
– Format universel pour les documents et données structurées sur le WEB
– Recommandations par le consortium W3C tenant en 26 pages (contre 500 pour SGML)
– Repose sur le standard UNICODE.
– Outil technique d’élaboration d’applications au sein des entreprises
– Langage commun pour les applications inter-entreprises
– Echanges e-Commerce. 

Ses principaux avantages stratégiques sont :
– universel,
– simplifiant les échanges,
– normalisé,
– flexible

Conclusion

L’utilisation du XML engendre une révolution des échanges liés aux  NTIC (temps, coûts, humains, efficacité) et a un impact très fort sur la gestion même des infrastructures du Système d’Informations.

Mais quelle sera la capacité des entreprises à intégrer ces nouvelles technologies, et surtout à inverser leurs façons de penser en terme de système d’informations unifié ? Là est la question essentielle de l’évolution des SI.