Tout pour manager

Un réseau d'experts à votre service

By

Le « nudge » comme méthode de management

Besoin d’un « coup de pouce » pour vous aider à prendre une décision ? Facile. On va faire du nudge. C’est quoi le nudge ? Une tendance qui nous vient des États-Unis, incitant les gens à agir pour le bien commun sans pour autant les obliger à le faire. Une théorie à cheval entre libre arbitre et asservissement consenti. Décryptage. 

Une méthode née de l’économie comportementale

Pour faire simple, l’économie comportementale est un champ de la science économique qui étudie le comportement des être humains dans les situations économiques. Dans cet univers, l’homme n’est ni un agent prévisible, ni mécanique. Ses décisions peuvent différer en fonction du contexte, d’un état ou de ce qu’il a pu manger à midi. Fort de cette idée, Cass Sunstein, professeur de droit à Harvard, et Richard Thaler, économiste à la Chicago University ont développé une méthode parue en 2008 au éditions Vuibert. Dans Nudge : la méthode douce pour inspirer la bonne décisionles deux auteurs s’inspirent des enseignements de l’économie comportementale (et expérimentale) pour proposer des solutions originales à des problèmes de santé publique, d’épargne ou d’écologie. Une méthode qui a fait des émules ! Puisque Obama en 2009 puis par David Cameron en 2010 ont chacun créé leur « nudge squad » pour faire avancer plus efficacement leurs sujets de politique interne.

Concrètement, le nudge, çà fonctionne comment ? 

Traduit littéralement du norvégien, “nudge”, signifie une légère poussée sur l’épaule. Par extension, le terme désigne maintenant l’ensemble des modifications d’un environnement dans le but de modifier un comportement (et donc de provoquer des choix différents). Un exemple ? La mouche de l’aéroport de Schipol au Pays-bas.

Peu glamour, mais plutôt efficace, la fausse mouche collée au fond des urinoirs de l’aéroport a permis de réduire les écarts (de trajectoire) des hommes victime de leur envie pressante et débordante. Pourquoi ? Simplement parce que viser la mouche, c’est amusant. Le travail du service propreté s’en est trouvé grandement amélioré. Depuis, l’initiative a été reprise dans les urinoirs publics de Singapour.

la mouche du nudge

« Thaler et Sunstein ont choisi le terme savant de « paternalisme libertarien » pour désigner cette doctrine, qu’ils définissent comme « une version relativement modérée, souple et non envahissante de paternalisme, qui n’interdit rien et ne restreint les options de personne ; une approche philosophique de la gouvernance, publique ou privée, qui vise à aider les hommes à prendre des décisions qui améliorent leur vie sans attenter à la liberté des autres ». (Source laviedesidees.fr).

Inspirer un changement efficace et durable dans nos entreprises

Au même titre que l’exposé de Dan Pink sur l’identification facteurs de motivation, il convient de considérer la méthode de Thaler Sustein comme un nouvel éclairage pour notre management quotidien. Quels sont les moyens innovants pour insuffler un changement durable et efficace au sein de notre propre entreprise ? Parmi nos clients ou nos utilisateurs ? Pour s’en convaincre, quelques exemples supplémentaires

L’escalier musical de Volkswagen

Fin 2009 la marque du peuple avait transformé un escalier en piano (les marches étaient sonores). L’escalier a été presque plus utilisé que l’escalator mécanique.

The Fun Theory

Le métro à Singapour

La LTA, société de transport singapourienne (Land Transport Authority of Singapore), a mené une étude de 6 mois sur le comportement des usagers du métro. Elle a constaté que l’occupation des places réservées étaient régulièrement la source de conflits entre usagers (les place déjà occupées étant difficilement cédées à ceux qui en avaient réellement besoin).

chopseat

C’est en utilisant une signalétique plus visible, avec des couleurs vives et des messages amicaux qu’ils ont réussi à inciter les usagers à plus céder leur place plus facilement. Résultat positif !

Détournement : Les billets de la banque central européenne

Entendu ce matin sur Europe 1 : En sortant son nouveau billet de 10 euros la BCE voudrait relancer la consommation dans le pays : La « laideur » de ces nouveaux billets inciterait son détenteur à s’en débarrasser le plus vite possible … au magasin du coin !

Si vous aussi vous voulez nous faire parvenir quelques une de vos idées, envoyez-nous un mail, nous nous ferons l’écho de votre bonne pratique !